<< Retour aux actualités

Le Point Sur Echiquier major

Echiquier Major a cinq ans. En politique, il serait temps de nous préoccuper du renouvellement de notre mandat pour un nouveau quinquennat. Une bonne idée pour se remettre en question et je lance officiellement ma candidature en tant que gérant d´Echiquier Major pour un nouveau mandat. Voici donc notre bilan passé et notre programme à venir !
Au cours de ces cinq années, Echiquier Major a évolué dans des environnements très différents. Nous avons sillonné l´Europe à la recherche de leaders capables de nous délivrer de la croissance à travers un cycle. Nous avons ainsi dressé une liste d´une centaine de valeurs répondant à nos critères. Avons-nous réussi, chers souscripteurs, à rendre ce fonds performant ? Bien que la réponse vous revienne, il est rassurant de constater que notre méthode de gestion, faite de rigueur, de conviction et d´enthousiasme a permis à votre fonds une surperformance régulière à travers ces cinq années (+21,3% depuis le 11 mars 2005 contre -6,6% pour DJ STOXX 600 ). Cela signifie-t-il que les leaders sont résistants à la crise ? Au regard du parcours d´Echiquier Major pendant la période la plus difficile, c’est-à-dire les deux dernières années (-0,3% contre -22,9%), notre réponse est oui. Notre conviction et notre bilan sont clairs : le « leadership » est un critère de performance !

Notre programme peut, quant à lui, se résumer en quelques mots : poursuivre notre méthode. Ces cinq années ont été l´occasion de progresser dans notre connaissance de la « culture d´entreprise » de nos leaders. Ce travail méticuleux est, de notre point de vue, essentiel pour bâtir des convictions suffisamment fortes pour s´adapter au nouveau monde économique. C´est au travers des rencontres mais aussi de la connaissance des secteurs dans lesquelles ces entreprises évoluent que nous trouverons les bonnes raisons d´investir. Mais si nous sommes conscients de l´opportunité que représente pour nos leaders la montée en puissance de ces nouveaux pays dits « émergents », nous en mesurons aussi les dangers. Pour cette raison, nous serons très vigilants quant à la capacité de nos leaders à se remettre en question et à adapter leur stratégie face à ces évolutions.
A n´en pas douter, le prochain quinquennat sera passionnant. C´est pourquoi, si vous m´accordez encore votre confiance, je me réjouis à l´avance de le vivre aux commandes d´Echiquier Major.

Les opérations
conjoncturelles :

 

 

Depuis le début de l´année, nous avons réalisé quelques arbitrages : quatre sorties (BASF, BONDUELLE, CELESIO, et RENAULT) et deux entrées (EDF et HERMES).
Les ventes de BASF et BONDUELLE ont été motivées par des raisons de valorisation. En revanche, CELESIO et RENAULT ont été vendus pour des raisons fondamentales.
Echiquier Major n´a jamais eu de leader dans le secteur des « utilities ». Dans le cadre de nos réflexions sur le secteur, seul EDF nous intéressait pour son expertise unique dans le nucléaire. Alors pourquoi acheter seulement maintenant ? La raison essentielle, sur laquelle nous avons basé notre cas d´investissement, est la hausse des tarifs. Nous pensons que l´Etat, toujours opposé à une augmentation des prix (pour des raisons électorales), devrait être plus souple cette année, compte tenu de sa situation budgétaire de plus en plus difficile. N´oublions pas qu´une hausse des tarifs est l´équivalent d´un impôt indirect. Dans une industrie à fort coût fixe comme celle du nucléaire, chaque euro supplémentaire sur le Kwh est un euro de plus de résultat. Par ailleurs, en intégrant le taux médiocre d´utilisation des centrales en 2009 (78%), nous pouvons raisonnablement penser que le résultat d´EDF devrait croître significativement en 2010.
HERMES est un achat non opportuniste en termes de valorisation mais qui traduit notre confiance en la beauté de ce modèle économique dans le domaine du « vrai » luxe. Aujourd´hui, le marché reste très sceptique quant aux chances de voir cette belle marque retrouver un taux de croissance de 10% de son chiffre d´affaires dans les prochaines années. Ce n´est pas notre avis !

fondamentales :

Nous vous parlons souvent de ce que nous achetons mais rarement ce que nous n´achetons pas. Pourtant, le travail d´un gérant est aussi d´éviter les pièges. L´exemple de l´industrie solaire est de ce point de vue assez révélateur. La fabrication de panneaux solaires a depuis longtemps été repérée comme un « mega trend ». Cependant nos nombreuses rencontres ne nous ont pas convaincus que le « leadership » des grandes sociétés allemandes et norvégiennes de l´industrie était soutenable. Une industrie trop dépendante des aides des Etats, des stratégies de croissance peu maîtrisées, des risques de ruptures technologiques importants et l´arrivée inéluctable des concurrents chinois dans cette industrie de masse ont été des arguments forts pour ne pas acheter les leaders de l´époque, comme les allemands Q-CELLS, SOLAR WORLD ou le norvégien REC. Nos craintes se concrétisent aujourd´hui avec des tarifs en baisse (-15% en Allemagne), des surcapacités de production importantes et des acteurs chinois de plus en plus crédibles. Notre travail a donc été très utile. Il nous a évité d´être investis sur des acteurs solaires qui souffrent particulièrement depuis le début de l´année : Q-CELLS (-39%), SOLARWOLRD (-34%) et REC (-54%).

Stratégie d´investissement

Notre scénario est une amélioration graduelle de la situation économique avec des entreprises prêtes à saisir toutes les opportunités de croissance. Echiquier Major reste investi à plus de 97%.