<< Retour aux actualités

Indices boursiers : vérité ou cécité ?

Quel est le moyen le plus rapide pour connaître la tendance d’une place boursière ? Se référer aux indices boursiers. Par secteur d’activité, taille d’entreprise ou zone géographique, toutes les approches sont possibles. Chaque pays possède donc son indice « phare », le Dow Jones composé de 30 valeurs pour les Etats-Unis, le Nikkei (225 sociétés) pour le Japon ou le CAC 40 (40 valeurs) pour la France. Sont-ils le reflet parfait des marchés financiers ? Pas complètement. En 2010, l’indice des 40 plus grandes valeurs françaises (CAC 40) a reculé de 3% quand près d’un tiers des valeurs qui le composent a progressé de plus de 15% ! 

Qu’est-ce qu’un indice boursier ? 

C’est un panier de valeurs représentatives d’un marché. Son objectif est double : mesurer le comportement du marché et servir d’outil de comparaison aux investisseurs. Un bon indicateur, par exemple, pour permettre d’identifier la valeur ajoutée du gérant « actif » par rapport à une gestion dite « passive » qui réplique l’indice. 

Comment sont calculés les indices ? 

La méthode de calcul la plus répandue est celle de la pondération par la capitalisation boursière. C’est celle utilisée pour établir l’indice CAC 40. Il est calculé sur un échantillon de quarante valeurs parmi les cent premières entreprises françaises cotées. Elles sont sélectionnées pour leur représentativité économique selon deux critères : 

• La taille ou la capitalisation boursière de l’entreprise (nombre d’actions multiplié par le cours de bourse) en prenant en compte la fraction effectivement accessible au public (le flottant). 

• La liquidité (nombre de titres échangés au quotidien) 

A chaque valeur est associée une pondération, un « poids » dans l’indice. Aujourd’hui, six valeurs (TOTAL, SANOFI-AVENTIS, BNP PARIBAS, GDF SUEZ, SOCIETE GENERALE et FRANCE TELECOM) représentent à elles seules 40% de l’indice CAC 40 ! Leurs évolutions sont donc déterminantes dans l’évolution de l’indice. Il a baissé en 2010 parce que ces « gros poids » ont tous réalisé des performances négatives. A l’insu des observateurs qui n’ont d’yeux que pour les indices, d’autres valeurs du CAC 40 ont pourtant réalisé des performances largement positives l’an dernier. 

Qui crée les indices ? 

Historiquement en France, ce sont les bourses qui ont créé les indices, à l’image de la Société des Bourses Françaises avec l’indice SBF 250. Par la suite, les indices boursiers sont devenus la propriété d’entreprises de marché comme Nyse Euronext avec la famille des indices CAC (Cotation Assistée en Continu) dont le fameux CAC 40. Sa base de calcul est de 1000 points le 31 décembre 1987. Il existe d’autres acteurs spécialisés dans la fabrication d’indices boursiers, comme par exemple MSCI. 

Comment sont gérés les indices ? 

La gestion des indices d’Euronext est confiée à un conseil scientifique indépendant qui se réunit chaque trimestre pour contrôler la fiabilité et la représentativité de l’indice (entrées et sorties éventuelles de valeurs). Cette instance vient d’approuver une nouvelle organisation des indices de NYSE Euronext à partir du 21 mars 2011. Désormais, les règles de gestion du CAC 40 (fondées sur le capital flottant et les capitaux échangés) seront appliquées à tous les autres indices du marché français en donnant davantage de visibilité aux petites et moyennes capitalisations. Par exemple, l’indice SBF 250 cèdera sa place au CAC All-tradable, indice non limité en nombre de valeurs à condition que ses composantes voient au moins 20% de leur flottant changer de main chaque année. 

Il convient donc d’utiliser les indices avec précaution. La sélection de titres aura toujours une place privilégiée pour s’affranchir des biais d’un indice… simple baromètre fait pour être battu et non pour être dupliqué !