<< Retour aux actualités

PIAGGIO, la croissance là où on ne l'attend pas

Le point sur Agressor.

Depuis vingt ans, Agressor se méfie des humeurs de marché et tente d’évoluer à contre-courant des modes du moment. Le contexte actuel de forte dispersion et de volatilité s’inscrit parfaitement dans cette logique et offre donc de nombreuses opportunités pour votre fonds de « stock-picking ». Depuis notre dernier Point Sur Agressor en juillet 2010, ces disparités de parcours se traduisent notoirement dans votre portefeuille. Sur la période, nos investissements dans les valeurs délaissées et faiblement valorisées ont fortement contribué à la hausse de votre fonds, à l’instar de l’équipementier CONTINENTAL (+63%). En tête du palmarès, saluons les performances de LECTRA (+147%) et DERICHEBOURG (+104%) deux parcours qui confirment que la patience est l’apanage de l’investisseur « value ».

Mais où Agressor va-t-il alors dénicher les moteurs de la croissance de demain?? Dans un environnement économique toujours en croissance mais volatil, votre fonds affirme une nouvelle fois sa confiance dans la proximité avec les managers, gage de performance régulière durable.

Les opérations

Fondamentales

Le travail quotidien de votre équipe  ne change pas?: nous sommes   toujours à la recherche de projets d’entrepreneurs ou d’actionnaires managers qui seront capables de créer de la valeur dans les années à venir. Pour satisfaire cet objectif, il nous faut développer un niveau de confiance qui ne s’acquiert que par la connaissance profonde des entreprises. Un processus qui nécessite des rencontres multiples avec les dirigeants, des visites de site mais aussi un suivi dans le temps.

Avec ces prérogatives, l’ouverture européenne de votre fonds se fait très progressivement. Depuis son premier investissement hors de France il y a sept ans avec STOCKMANN, Agressor continue d’élargir son univers, aidé en cela par l’expérience des autres fonds de la gamme. L’Europe représente à ce jour un tiers des valeurs d’Agressor.

Fruit de ces nouveaux terrains d’exploration, la société italienne PIAGGIO est une très belle histoire d’actionnaire manager. Roberto Colaninno, magnat industriel réputé, a racheté en 2003 le fabricant de deux-roues et triporteurs à travers son holding familial IMMSI. Nous suivons le groupe depuis son introduction en bourse en 2005, d’autres fonds de Financière de l’Echiquier ayant déjà été actionnaires de PIAGGIO et de sa maison mère IMMSI. Confronté à des problèmes structurels au moment de la reprise du groupe, Roberto Colaninno a repensé la stratégie en concentrant et rationalisant les positions européennes du groupe et en s’ouvrant à l’Asie, l’épicentre mondial du deux-roues.

Si les marques du groupe PIAGGIO détiennent de fortes parts de marché en Europe (28% sur le scooter), le marché potentiel en Asie du Sud-Est est dix fois plus important. Ces zones géographiques ne sont pas totalement inconnues de la firme italienne. Dans les années 90, avant sa période de restructuration, le groupe y exportait son surplus de production, donnant ainsi une forte notoriété aux marques Vespa et Piaggio.

Pour conquérir l’Asie du Sud-Est, le groupe s’est implanté industriellement au Vietnam en 2009. Et le « come-back »  réussi de PIAGGIO sur ce territoire est en passe d’être étendu à l’Indonésie, la Thaïlande et Taiwan, trois des cinq plus grands marchés mondiaux du deux-roues. Avec une offre haut de gamme, la notoriété de ses marques et sa capacité d’innovation (confirmée par le succès du scooter MP3), nous sommes convaincus que le groupe va enregistrer un développement rapide.

Contrôlé par la famille Colaninno et dirigé par une équipe managériale expérimentée, PIAGGIO est l’une des fortes convictions de votre fonds. Aujourd’hui faiblement valorisé à moins de 10 fois les résultats, le potentiel d’appréciation à trois ans nous semble considérable.

Conjoncturelles

A l’automne 2010, nous avons eu l’occasion d’évoquer avec vous la forte revalorisation des valeurs liées à la thématique des marchés émergents. Votre équipe « contrarian » et opportuniste avait alors décidé d’augmenter son exposition aux valeurs dites domestiques. Nous estimions que le potentiel d’appréciation de ces valeurs délaissées offrait un meilleur couple potentiel/risque.

Ces valeurs ont représenté jusqu’à deux tiers de votre portefeuille durant le premier trimestre 2011 avec, entre autres, les entrées d’AXA et de FAURECIA et les renforcements dans SCOR ou NEXANS, des convictions de longue date.

Depuis peu, ces dossiers « value » ont comblé une grande partie du retard accumulé en 2010, nous incitant à réduire partiellement cette surexposition. En contrepartie, certains dossiers de croissance mondiale comme ZODIAC et SEB ont été renforcés au regard de la forte sanction qui leur a été infligée depuis le 1er janvier.

Stratégie d’investissement

Agressor n’hésite pas à profiter des stress du marché pour investir à contre-courant. Ces derniers mois, de nombreux éléments exogènes sont venus perturber la bourse?: printemps arabe, guerre civile en Côte d’Ivoire, hausse des matières premières, baisse de l’euro ou difficultés d’approvisionnement en composants électroniques japonais. Votre fonds en a profité pour explorer des pistes africaines avec l’entrée de CFAO et le renforcement en LAFARGE.