<< Retour aux actualités

Le point sur Echiquier Junior en vidéo

Depuis la crise de 2007, un constat s’impose : le marché réservé aux PME françaises manque de dynamisme et ne joue plus son rôle de financement des entreprises. Les valeurs moyennes sont délaissées par les investisseurs qui ne sont plus enclins à prendre du risque. Ce phénomène est accentué sur le compartiment des petites valeurs dont la capitalisation boursière est inférieure à 200M€. Les investisseurs privilégient des entreprises réputées plus « sûres »et plus liquides et se contentent d’étudier uniquement les capitalisations boursières supérieures à 1Md€. Ces comportements créent inéluctablement des phénomènes de bulles sur certaines valeurs ou segments de la cote mais aussi, de réelles opportunités d’investissement. Le segment des petites valeurs qui constitue le vivier d’investissements d’Echiquier Junior est déserté (pour l’instant…) par les investisseurs et son manque de liquidité pèse fortement sur les valorisations. Quasiment plus aucune introduction en bourse, une raréfaction des opérations de fusions-acquisitions, des entrepreneurs qui se tournent vers d’autres modes de financement dont le capital investissement, NYSE EURONEXT pour qui le devenir des valeurs moyennes est certainement moins préoccupant que la concurrence des plateformes alternatives… L’heure est à la mobilisation !

CONJONCTURELLES :

En 2012, votre équipe a retravaillé sa charte de gestion autour d’une notion clé : la croissance. Conscients que l’environnement économique européen restera dégradé pendant encore quelques années, nous avons cédé nos titres NORBERT DENTRESSANGLE, BOIRON, CBO TERRITORIA et avons apporté nos titres RUE DU COMMERCE à l’OPA initiée par ALTAREA COGEDIM. A contrario, nous avons renforcé nos investissements dans des entreprises de croissance comme IPSOS, NATUREX, INTERPARFUMS… En augmentant notre exposition à ce type de valeurs, le profil de croissance de votre fonds a été fortement amélioré et nous attendons désormais une hausse du chiffre d’affaires de 8% par an entre 2012 et 2014… bien mieux que la plupart des pays émergents !

NEXTRADIO est un exemple emblématique de sous-valorisation des valeurs moyennes. Le groupe de médias dirigé par Alain Weill s’impose trimestre après trimestre dans le nouveau paysage audiovisuel français et devrait réaliser  en 2014 un chiffre d’affaires proche de 250M€ (157M€ en 2011) avec un résultat opérationnel de 53M€ (15,8M€ en 2011). Et pourtant ! La bourse n’a que faire de cette performance et le cours oscille inlassablement entre 10 et 13€ depuis 2009.

D’une manière générale, la sous-valorisation de votre fonds est manifeste et le potentiel de plus-value (105%) en est un bon indicateur. Patience, patience… Le retour à la normale est aussi une bonne règle de gestion et les investisseurs, industriels et actionnaires ne tolèreront pas très longtemps cette déconnexion entre performance économique et faible valorisation boursière.  « Une bonne action trouve toujours sa récompense », comme le disait déjà Alexandre Dumas !(1)

FONDAMENTALES :

Depuis sa création, Financière de l’Echiquier s’est toujours engagée aux côtés des dirigeants afin de les accompagner dans leurs projets d’entreprise. Comme évoqué plus haut, l’heure est à la mise en mouvement de toutes les parties. Début 2012, nous avons augmenté notre engagement en finançant une chaire de recherche spécialisée sur les valeurs moyennes qui bénéficie du soutien de MIDDLENEXT. Le Small Business Act (mars 2010), l’Observatoire du financement des PME (juillet 2010), le rapport RAMEIX/GIAMI (février 2012) ont mis en lumière les mêmes causes structurelles des défaillances du financement d’entreprises. Tous ont pointé du doigt la mauvaise organisation du marché des PME. Cependant, une solution faisant figure de véritable électrochoc pourrait bientôt voir le jour. Nous avons assisté à la présentation des propositions du Comité d’Orientation Stratégique PME ETI de NYSE EURONEXT. La première mesure consisterait à regrouper puis filialiser les segments d’EUROLIST B, C et ALTERNEXT au sein d’une nouvelle bourse, la « Bourse de l’Entreprise ». De nouveaux investisseurs devraient prendre une part significative du capital de la nouvelle entité créée pour redynamiser ce segment de la cote et aligner les intérêts de tous les intervenants : PME ETI, investisseurs, analystes… La seconde mesure est toute aussi ambitieuse puisqu’elle vise à faire passer de 500 à 1 000 le nombre de PME cotées d’ici cinq ans en lançant de véritables « campagnes sur le bien-fondé du financement des entreprises de croissance par la bourse »(2). Pour l’heure, rien n’est encore arrêté mais les discussions sont déjà très avancées et vont véritablement dans le bon sens

STRATEGIE D’INVESTISSEMENT

Dans cette période chahutée, Echiquier Junior accélère sa stratégie consistant à investir dans des entreprises de croissance. Ainsi, nous continuerons à confier des capitaux à des entreprises positionnées sur des marchés en croissance, des sociétés qui consolident leur marché et capables de s’attaquer à de nouvelles zones géographiques. A moyen terme, le marché des PME a besoin de nouveaux candidats qui deviendront les futurs  DASSAULT SYSTEMES, ZODIAC, ESSILOR ou SODEXO. Le marché français ne peut plus se contenter de financer uniquement des sociétés de biotechnologies ou des projets en phase d’amorçage. Qui sera le prochain ALTEN (15 500 personnes) créé par Simon Azoulay en 1988 ? Qui aura l’ambition de Gilles Martin (EUROFINS SCIENTIFIC) pour faire croître le chiffre d’affaires de son groupe de 6 M€ en 1997 à 1 Md€ en 2012 ? Qui aura la vision de Philippe Benacin d’INTERPARFUMS, de Didier Truchot d’IPSOS… Les PME cotées représentent à peine 0,3% des 194 700 entreprises de plus de dix salariés alors que près de 60% des 200 grandes entreprises françaises sont cotées. Il est grand temps de réagir car la qualité du marché réservé aux PME est bien loin de celle des entreprises qu’il est censé représenter.

(1) Extrait de « Mademoiselle de Belle-Isle »
(2) Projet d’Orientation Stratégique, « Pour la création de la Bourse de l’Entreprise », juillet 2012