<< Retour aux actualités

Naturel mais paradoxal

Les colorants naturels sont au goût du jour. Surtout depuis la dernière étude réalisée par une équipe de chercheurs de l’Université de Southampton et financée par l’Agence britannique de sécurité des aliments (Foods Standards Agency).

A la lecture du rapport, les parents dont les enfants présentent des signes d’hyperactivité seront heureux de connaître enfin l’une des sources de leurs maux : le mélange de colorants synthétiques alimentaires et de conservateurs. Un constat pour le moins alarmant qui a poussé le parlement européen à obliger tous les industriels de l’agro-alimentaire à apposer une mention spécifique sur leurs produits. Si peu de consommateurs peuvent se targuer d’avoir noté ce changement, beaucoup se détournent néanmoins des colorants synthétiques au profit des colorants naturels.

Face à cette nouvelle boulimie des consommateurs, la demande d’ingrédients naturels, spécialité du groupe Naturex, ne cesse de croître.

Avec un contrôle qualité particulièrement strict et de bonnes  relations nouées avec ses fournisseurs, Naturex est perçu comme un partenaire de choix par les industriels soucieux de substituer leurs colorants synthétiques. Et pourtant, cette substitution peut avoir des conséquences  inattendues. Au risque de couper l’appétit des adeptes de produits naturels, rappelons simplement l’exemple du carmin, colorant naturel au pigment rouge vif qui éveille tout particulièrement la gourmandise des enfants. Beaucoup seraient surpris d’apprendre que ce colorant est en réalité produit par des cochenilles, famille d’insectes proches des coccinelles, dont le Pérou est le premier producteur mondial.

Loin de l’image alléchante des produits aux coloris rouge éclatant, on peut facilement imaginer leur effroi à la vue des cochenilles séchées et ébouillantées, pour obtenir le pigment attendu. Notons que le naturel peut surprendre!