<< Retour aux actualités

Le point sur Agressor en vidéo

A la recherche de la croissance mondiale…

Depuis le dernier Point Sur consacré à Agressor en mai 2012, votre fonds a évolué dans un marché haussier et reste plus que jamais fidèle à ses principes : avoir une vision objective de la valeur intrinsèque de l’entreprise et investir uniquement quand le potentiel d’appréciation paraît suffisant. Nous avons donc cédé et allégé certains dossiers, principalement des sociétés de croissance bien valorisées et avons également augmenté notre poche de liquidités qui s’élève désormais à 11% pour profiter d’opportunités futures.

Pour améliorer notre connaissance des entreprises européennes, il est de plus en plus indispensable d’aller à la rencontre de leurs activités et de leurs concurrents à travers le monde. C’est pour cette raison que votre gérant, Damien Lanternier, vient de passer deux mois en Asie, tandis que les analystes, Jean-Charles Belvo et Stefan Weimann, sont respectivement allés au contact des marchés africains et américains.

Les Opérations :

Conjoncturelles

Quel plaisir de faire son métier d’investisseur hors de nos frontières : votre gérant s’est immergé deux mois à Hong-Kong, la capitale financière de l’Asie. Une immersion qui a permis la rencontre de nombreux chefs d’entreprises hongkongaises ou chinoises telles que BYD, SHANGRI-LA, SWIRE PACIFIC ou ZTE ainsi que des experts locaux du monde économique.

Le premier constat est, bien sûr, que l’opportunité chinoise est immense. Le pays compte plus de 1,3 milliards d’habitants au niveau de vie en constante amélioration : la classe moyenne va doubler dans la décennie à venir pour atteindre 700 millions de personnes. Pour de très nombreuses entreprises, la Chine est déjà le premier marché. Par exemple, près de 60% des ascenseurs vendus dans le monde le sont en Chine, une aubaine pour KONE (18% de part de marché) et OTIS (17%), leaders du marché. Certaines entreprises comme SCHNEIDER ELECTRIC ont pris acte que leur futur se jouera d’abord en Asie. C’est pourquoi son PDG, Jean-Pascal Tricoire, a décidé de s’installer à Hong Kong pour être au plus près de ces marchés. Notre rencontre dans ses nouveaux bureaux nous a permis de mieux comprendre à quel point le groupe est ancré localement. La marque SCHNEIDER a d’ailleurs une notoriété supérieure en Chine qu’en France. Etre local en Chine est un élément absolument discriminant qui nécessite souvent des décennies de présence et d’investissement.

La gestion du risque est la préoccupation principale de votre fonds. Si la Chine est une opportunité exceptionnelle, nous devons être conscients des risques qu’elle entraîne. En 2009, la Chine a relancé la machine économique mondiale grâce à un colossal programme d’investissements dans les infrastructures. La faiblesse majeure du pays est certainement son penchant immodéré pour l’investissement financé par l’expansion du crédit. C’est pourquoi, dans de nombreux secteurs capitalistiques, les rentabilités des entreprises sont faibles. Plus que jamais, Agressor a fait le choix de rester à l’écart des entreprises trop dépendantes du cycle d’investissement comme le secteur des infrastructures et des matières premières.

Fondamentales

A l’inverse, la croissance de la consommation va se poursuivre. En Chine, bien sûr, mais également dans de nombreux pays d’Asie du Sud Est qui bénéficient souvent d’un double avantage : des économies moins abreuvées de capitaux et une démographie plus dynamique.

Cette analyse est directement suivie de décisions d’investissement pour votre fonds Agressor. Nous avons récemment initié une position en DKSH, l’intermédiaire privilégié des grandes marques en Asie du Sud-Est. Un acteur qui a, par exemple, permis à MEAD JOHNSON de quadrupler ses ventes en Malaisie en dix ans ! Doté d’un potentiel de croissance supérieur à +10% par an, DKSH est un nouvel investissement de choix dans l’univers de la croissance.

Deux mois passés au contact d’entreprises chinoises et européennes en Asie confortent notre choix de confier des capitaux à des groupes européens pour profiter de la croissance asiatique.

Stratégie d’investissement

Depuis le dernier commentaire de gestion d’Agressor, nous avons profité de la concentration du fonds autour des valeurs de croissance qui représentent toujours deux tiers du portefeuille. Les performances sur un an de RICHEMONT (+64%), HEXAGON (+62%) et  SWATCH (+58%) en témoignent.

Nous avons pris nos profits sur quelques beaux dossiers comme AB FOODS, BUREAU VERITAS ou HEXAGON dont le potentiel de hausse inférieur à 20% est un signal d’allègement. Nous avons, par ailleurs, cédé DE MASTER BLENDERS et CFAO à la faveur de deux offres publiques et après des plus-values significatives.

A l’inverse, nous profitons de belles opportunités sur des entreprises moins bien identifiées mais dont la valeur cachée est importante. C’est le cas de CGG, spécialiste de l’analyse de données sismiques qui possède SERCEL, le leader mondial des sondes sismiques et dont nous estimons la valeur à 3 milliards d’euros, ce qui couvre 90% de la capitalisation du groupe. La volonté de CGG de s’engager sur des métiers de meilleure qualité et le cycle favorable sur les prix de location des bateaux sont des éléments importants d’appréciation du titre. La valorisation sous les fonds propres laisse beaucoup de potentiel.

Agressor a l’avantage d’être un fonds « carte blanche » qui peut aller chercher les opportunités là où elles sont les plus intéressantes. Nous concentrons nos investigations actuelles sur le territoire du « value ».