<< Retour aux actualités

Investissement et Responsabilité

A quand l’équivalent des normes IFRS dans le domaine extra financier ? Si nous en sommes encore très loin aujourd’hui, quelques signes prometteurs s’affichent néanmoins en matière de transparence de l’information extrafinancière.

Après de longs atermoiements, la parution en avril 2012 du décret d’application de l’article 225 relatif au reporting extrafinancier des entreprises a, en effet, suscité une vague d’optimisme. Il faut reconnaître que la loi NRE de 2001 qui la précède n’avait pas tenu toutes ses promesses. En obligeant les entreprises françaises à publier des informations environnementales et sociales, la loi NRE a, certes, créé une dynamique favorable mais a été longuement critiquée pour le manque de fiabilité, d’homogénéité et de certification des données par un tiers indépendant. Voici donc une page tournée avec la nouvelle législation qui répond non seulement à ces objections mais s’applique désormais également aux sociétés non cotées.

Autre nouveauté significative : 42 informations environnementales sociales et environnementales, majoritairement chiffrées, devront à présent figurer dans le rapport de gestion, avec une entrée en application prévue en 2012 pour les sociétés cotées et graduelle jusqu’en 2016 pour les non cotées. Mais alors, quelles sont les premières tendances qui se dégagent ? Une récente étude du cabinet Mazars montre que les entreprises cotées ont avancé en ordre dispersé en 2012, face au flou règlementaire, avec un biais important selon la taille de l’entreprise. Ainsi 97% des entreprises du CAC 40 ont fait vérifier leurs 42 données extra financières par un vérificateur indépendant, dont 88% par un commissaire aux comptes. Par ailleurs, 26% des sociétés du CAC40, se sont montrées plus volontaristes en obtenant un niveau d’assurance raisonnable de leurs données par le vérificateur indépendant.

http://www.planete-echiquier.fr/wp-content/uploads/2013/10/AIR-LIQUIDE.jpgSi 2012 reste une année transitoire, il sera intéressant d’observer l’amélioration du reporting en 2013, première année de mise en application effective. Certaines entreprises, parmi lesquelles AIR LIQUIDE, se distinguent déjà en matière de qualité et de transparence en matière d’information extrafinancière. Avec 170 indicateurs présentés dans le reporting extrafinancier, revus chaque année depuis 2003 par les commissaires aux comptes, AIR LIQUIDE publie une information chiffrée de qualité, socle d’une analyse ISR étayée. Surtout, au-delà des chiffres communiqués, une réelle politique assortie d’objectifs précis à l’horizon 2015 et une ambition d’être le leader de son industrie en matière de développement durable. Si nous saluons toute tentative pour améliorer la transparence et la fiabilité des informations extrafinancières fournies par les entreprises, nous n’oublions pas que le reporting n’est qu’un moyen et non une fin et ne doit pas être confondu avec la mise en place d’une politique concrète et ambitieuse.