<< Retour aux actualités

Le point sur Echiquier Patrimoine

L’objectif d’Echiquier Patrimoine n’a pas changé : le fonds défensif de La Financière de l’Echiquier a pour mission de rémunérer vos capitaux de manière régulière en minimisant la volatilité, un  exercice que l’environnement de taux bas que nous connaissons depuis cinq ans a rendu exigeant.
C’est la raison pour laquelle l’équipe d’Echiquier Patrimoine travaille à capter la performance sur les marchés obligataires (24,8% de l’encours à fin 2014) et, surtout, sur les marchés d’actions dont la part dans le fonds en ce début d’année était historiquement élevée (20,7%). Ces efforts ont été récompensés par une progression de 3,5% à fin mai, largement attribuable à la bonne performance des marchés d’actions européens.

Les opérations

Conjoncturelles

Profitant de la volatilité récente du marché, Echiquier Patrimoine a su se montrer opportuniste et se repositionner sur des valeurs sorties sur de plus hauts niveaux en début d’année telles qu’ERICSSON et KERING. Nous avons également initié une position en DASSAULT AVIATION : l’activité principale du groupe, le business jet, devrait connaître une accélération de croissance et de rentabilité qui pourrait permettre de doubler les résultats en trois ans. Le placement par AIRBUS d’une partie de sa participation a en outre permis au titre de regagner en visibilité, amenant une augmentation du flottant qui devrait le ramener dans le radar de nouveaux investisseurs.

Autre événement notable : VIVENDI a annoncé lors de la présentation de ses résultats trimestriels un projet d’acquisition de CANAL PLUS SA, dont il détient déjà 48,5%, à un prix de 7,60 euros par titre. Un prix qui ramène le cours du titre sur ses niveaux de 2007 et lui permet d’afficher une hausse de 36,0% depuis le début de l’année.

Fondamentales

Les petites valeurs françaises comptent parmi les contributeurs historiques à la performance de la poche actions d’Echiquier Patrimoine. C’est le cas de GROUPE GUILLIN, leader français de l’emballage alimentaire. Dans un environnement de consommation peu porteur et malgré le passage de la crise financière, GROUPE GUILLIN était parvenu à stabiliser ses résultats entre 2007 et 2013 avec un très léger recul organique de ses ventes et une marge opérationnelle stable autour des 8%. 2014 aura été l’année du rebond avec un chiffre d’affaires en progression de 5% et une marge opérationnelle courante passée de 8,0% à 9,4%. Le groupe a bénéficié tout à la fois d’un rebond de ses ventes à  l’export, d’une météo favorable, d’une baisse des prix de sa principale matière première (le PET, un pétrole raffiné), d’une inflation limitée de ses charges opérationnelles et de l’atteinte de l’équilibre sur son activité anglaise. Ce bel alignement de planètes a été accompagné d’une sensible progression du cours de Bourse, passé de 90 euros à 150 euros en 2014 puis à 190 euros durant le mois de mai. Ce parcours s’explique autant par la sous-valorisation criante dont souffrait le groupe fondé par François Guillin en 1972 que par les perspectives encourageantes des exercices à venir. Avec un multiple de 4,5 fois l’excédent brut d’exploitation attendu pour 2016, nous pensons que le groupe reste largement sous-valorisé et conservons nos titres au sein de la gestion, confiants dans la capacité du Directeur Général Sophie Guillin-Frappier à poursuivre la croissance rentable de la société familiale.

Stratégie d’investissement

Dans l’attente d’une résolution de la crise grecque, Echiquier Patrimoine, soucieux de protéger vos capitaux, a réduit la sensibilité de sa poche actions aux variations de marché en allégeant son exposition aux valeurs qui avaient largement profité de la hausse des marchés. Nous avons ainsi soldé les positions en CHRISTIAN DIOR, METROPOLE TV, NEXITY, PEUGEOT, VEOLIA et VIVENDI.

S’il ne faut pas attendre de miracle en termes de performances de la poche taux, elle continue d’offrir un socle de liquidité dans laquelle nous pouvons puiser ainsi que la condition nécessaire au maintien d’une volatilité basse.