<< Retour aux actualités

Chez Olifan Group, c’est un pour tous, et tous pour la performance… en maîtrisant les risques !

Patrick Levard est associé chez Olifan Group, un cabinet de conseil en gestion de patrimoine né de la fusion de neuf cabinets et qui gère plus de 550 millions d’actifs. Il travaille avec La Financière de l’Echiquier depuis 18 ans.
De quand date la création d’Olifan Group ?
J’étais Directeur général de Raymond James Patrimoine, une société de gestion de patrimoine en architecture ouverte qui employait 8 personnes à Nice. En juillet 2014, mon cabinet a fusionné avec d’autres pour fonder Olifan Group.
Notre société a une structure assez unique en France : nous sommes 18 associés mus par la volonté de rendre le meilleur service et de générer de la performance ajustée du risque, avec une gouvernance atypique et sans réelle hiérarchie.
Néanmoins, Olifan est très structuré avec un certain nombre de comités transversaux, comme la communication, l’immobilier, la conformité ou encore la gestion financière, avec en particulier Nicolas Boutry, basé à Paris, qui détermine l’allocation.

Quels sont vos objectifs ?
Nous voulons proposer à nos clients la meilleure allocation d’actifs possible. Il s’agit de chercher chez les gestionnaires d’actifs une parfaite complémentarité dans les modes de gestion.
La Financière de l’Echiquier offre une gestion méthodique et sérieuse, qui a fait ses preuves au fil du temps. Cette approche est donc susceptible d’intéresser l’Olifan. Pour l’anecdote, l’olifant est l’un des premiers instruments à vent. C’est le cor utilisé par Roland à Roncevaux. Il symbolise la communication, l’éveil, la capacité à montrer à tous nos clients les risques et les enjeux de la gestion de patrimoine.
Quels sont vos critères ?
En changeant de dimension, nous avons considérablement renforcé notre processus de sélection des fonds. Nous avons noué des collaborations encore plus étroites avec nos partenaires, que ce soit en matière de gestion d’actifs, d’immobilier ou encore de fiscalité. Ainsi, Nicolas contacte par exemple La Financière de l’Echiquier environ une fois tous les 2 mois pour évoquer de nouvelles idées.
Cette recherche de la performance correspond-elle aussi à un goût personnel ?
On ne se refait pas ! Et sur ce plan, j’avoue que je suis un grand fan d’Echiquier Agressor.