<< Retour aux actualités

Daniel Martinache : objectif, retraite !

Daniel Martinache, 65 ans, a fait toute sa carrière comme commandant de bord chez Air France. Il y a 13 ans, il a commencé à déléguer la gestion de ses liquidités afin de se constituer une épargne complémentaire pour le jour où il prendrait sa retraite, en acceptant une dose de risque.
Comment êtes-vous arrivé à La Financière de l’Echiquier ?
Jusqu’à mes 52 ans, grâce à mon salaire, j’ai pu me constituer un capital via un portefeuille d’actions que je réinvestissais ensuite dans la pierre.
J’ai alors voulu déléguer une partie de la gestion de mon épargne. Malheureusement, je suis d’abord passé par une autre société de gestion, où j’ai été très mal suivi. J’y suis quand même resté 10 ans avant de la quitter.
Lorsque j’ai finalement rencontré La Financière de l’Echiquier, où deux amis avaient un compte, j’étais propriétaire de ma résidence principale et d’une maison de campagne. Je ne voulais plus investir davantage dans l’immobilier, quitte à prendre quelques risques. J’aime bien la Bourse.
Comment cela s’est-il traduit ?
A l’issue d’un diagnostic patrimonial complet, Marc del Pozo – mon gérant privé – a opté pour une allocation à 50/50 entre prudence et dynamisme, pour tenir compte de mon âge. Sur ses conseils, j’ai par la suite également investi dans un PEA-PME.
Ça me va bien, car je peux puiser ponctuellement dans ces réserves, selon mes besoins, car mes revenus ont baissé avec la retraite.
J’ai également aidé mon fils à acquérir un bien immobilier. J’ai d’ailleurs effectué toutes les donations que j’avais à faire.
Mon idée aujourd’hui est de profiter de la vie avec ma femme.
Vos besoins ont-ils été bien pris en compte ?
J’ai retrouvé rapidement ce que j’avais perdu dans la première maison de gestion : un conseil personnalisé et réactif. Marc m’a par exemple dernièrement conseillé d’alléger les comptes titres, car ils sont très imposés. J’apprécie l’accueil qui m’est réservé. Le courant passe bien et Marc prend le temps de m’expliquer le stock picking de la maison.
Je l’ai d’ailleurs recommandé à deux personnes. Comme j’habite Paris, je vais le voir 4 à 5 fois par an en scooter.
La Financière de l’Echiquier me tient en outre informée via de nombreux contenus intéressants : j’apprécie la Lettre mensuelle de Didier Le Menestrel et j’ai déjà participé à plusieurs « Mardis de la Gestion » – un événement qui réunit des clients comme moi.
Comment suivez-vous vos performances ?
Depuis 2008, je reproduis tous les mois sur papier la valeur de mes fonds. Comme tout bon ancien pilote, j’aime les courbes et les mathématiques. Cela me permet de prendre du recul car je me méfie des performances à court terme. Je regarde tout de même les cours tous les jours, sauf pendant les vacances. Pour compléter ces infos, je lis Mieux Vivre Votre Argent, Le Particulier et Intérêts Privés.