Votre avis compte !
Aidez-nous à améliorer le site lfde.com en répondant à notre questionnaire.

<< Retour aux actualités

Le point sur Echiquier Value en vidéo

L’année 2012 a confirmé l’attrait des investisseurs pour les dossiers de qualité profitant de la croissance des économies émergentes mais également des dossiers très peu sensibles à la conjoncture macroéconomique européenne. La thématique « value » a de nouveau affiché une année de sous-performance, la troisième consécutive. Depuis le 1er janvier 2010, l’écart de performance entre le MSCI VALUE EUROPE et le MSCI GROWTH EUROPE atteint 19%. Aujourd’hui comme hier, les multiples de valorisation des dossiers « value » sont historiquement faibles. La conjoncture économique, toujours compliquée pour les pays de la zone euro, a accentué le décalage de valorisation en défaveur de nos titres.

Alors 2013 sera-t-elle enfin l’année du « value » ? Certainement. L’implosion de la zone euro n’est plus d’actualité et cela a longtemps été un frein à la revalorisation des dossiers matures de votre fonds. L’année dernière, plusieurs de nos dossiers ont progressé significativement plus que le marché (comme MONTUPET + 110% et DECEUNINCK + 59%), preuve que la performance du « value » est essentiellement liée au « stock-picking ». Avec l’arrivée de Damien Mariette cette année, votre fonds, rebaptisé Echiquier Value, prend un nouvel élan.

Les opérations

Conjoncturelles :

Au cours des trois derniers mois, en vue de la refonte de votre fonds réalisée fin 2012, sa composition a été modifiée. Nous avons ainsi renforcé les positions en OENEO, LATECOERE, MANUTAN, PIERRE & VACANCES ou encore EXEL INDUSTRIES. Autant de dossiers qui offrent un potentiel d’appréciation significatif.

Dans le même temps, nous avons commencé à alléger les positions sur plus d’une dizaine de titres comme LES HOTELS BAVEREZ, DECEUNINCK ou POUJOULAT. Certaines positions ont par ailleurs été cédées à l’instar de GUERBET qui, après la bonne publication du chiffre d’affaires annuel et l’accélération de l’obtention de la mise en vente du DOTAREM sur le marché américain, a vu son cours s’apprécier fortement (+ 38%) et sa valorisation quitter le périmètre « value ».

Fondamentales :

Echiquier Value affiche sa différence par rapport au passé en prenant des positions sectorielles plus prononcées. Ainsi, notre exposition aux équipementiers automobiles représente un peu plus de 8% du fonds après le renforcement en MGI COUTIER (0,6x les fonds propres; 3,8x de résultat d’exploitation) et l’entrée de PLASTIC OMNIUM (1,9x les fonds propres ; 6,8x de résultat d’exploitation). Nous continuons de penser que ce secteur, a contrario de la décennie précédente, devrait profiter de la demande croissante des pays émergents. Ces sociétés ne réalisent respectivement plus que 50% et 44% de leurs chiffres d’affaires en Europe de l’Ouest. La densité moyenne de voitures par habitant de ces pays est plus de cinq fois inférieure aux pays matures alors même qu’ils représentent plus de 45% de la population mondiale : cela donnera aux équipementiers un réservoir de développement pour les années à venir.

Stratégie d’investissement

Après plusieurs années décevantes, votre équipe de gestion a décidé de repenser les critères de sélection des titres « value ». Premièrement, la valeur des fonds propres seule n’est pas suffisante pour justifier notre investissement. Cette décision vient d’un constat simple : plusieurs dossiers ne se sont jamais réappréciés malgré la décote significative sur leurs actifs nets. En effet, il est indispensable que le management œuvre pour les actionnaires afin que la bourse reflète au mieux la valeur de leurs  actifs. Deuxièmement, nous portons un intérêt tout particulier à la rentabilité des capitaux employés par la société. L’objectif est de se focaliser sur les entreprises capables de générer une performance suffisante pour rémunérer le coût du capital. Dernier critère, l’endettement doit être contrôlé et par-dessus tout son niveau ne doit pas être un frein au développement futur de l’entreprise.

Votre fonds élargit également ses investissements à l’Europe quelle que soit la capitalisation boursière. Cela nous permettra de profiter d’un univers plus large pour sélectionner le meilleur du « value » européen. En dépit de la conjoncture, les pays d’Europe du sud sont des territoires d’investigation à prendre en considération.

Par ailleurs, nous continuerons à prêter attention à la liquidité des titres sur lesquels nous sommes investis. Lorsque celle-ci est faible, le potentiel de gain doit être sensiblement plus élevé que la moyenne du fonds pour justifier l’investissement. Enfin, la gestion d’Echiquier Value s’appuie sur une liste de sociétés entretenue, afin de saisir les opportunités mais également d’arbitrer pour maximiser le potentiel de rendement.